Watercooling, partie 2

Après un article où nous expliquions ce qu’était le watercooling ainsi que les différents types de watercooling. Aujourd’hui, nous allons vous parler des composants en eux-même.

  • Quels composants composent un watercooling ?
  • Quelles marques existent dans le domaine ?

Avant de commencer, vous avez du remarquer que cet article est posté plus d’une semaine après le premier. Effectivement, je préfère vous donner de bonnes informations plutôt que de mauvaises informations mais postées chaque semaine.

Quels composants composent le watercooling ?

Nous allons nous attaquer au premier cas qui est celui de l’AIO. Il est composé du minimum syndical : un waterblock, une pompe, deux tuyaux et un radiateur. Ces composants sont placés de la manière suivante : radiateur -> tuyaux -> waterblock -> tuyaux -> radiateur. La pompe quant à elle est placée soit dans le radiateur, soit dans le waterblock.

Comme vous l’aurez remarqué, le premier cas est très rapide. Le second, qui est le watercooling custom, est quant à lui plus long et complet à passer en revue. Effectivement, comme j’ai pu le dire dans le précédent article, tout ce qui chauffe peut être refroidi et donc chaque pièce qui chauffe peut avoir un composant dédié en watercooling. Chaque petite puce de votre alimentation ou de votre carte mère peut donc avoir son propre waterblock. Je vais donc me limiter à l’essentiel des composants fréquents en watercooling mais surtout les plus utiles. L’alimentation et les disques durs ne seront donc pas abordés ici par exemple. Le watercooling custom est au minimum composé comme suit : un waterblock, un radiateur, une pompe, des tuyaux et des embouts. Cela reste le minimum mais nous pouvons aussi considérer le réservoir comme indispensable. Malgré le fait qu’un watercooling puisse se faire sans, nous ne pourrons pas vous conseiller de ne pas en prendre. Vous verrez cela plus bas dans l’article et comprendrez mieux pourquoi je vous conseille cela.

Bref, après cette longue introduction, nous allons pouvoir commencer à lister les différents composants de votre futur watercooling.

Tout d’abord, nous allons commencer avec le waterblock CPU. Le waterblock, et ce en général, permet de capter la chaleur d’un composant et de la transmettre à l’eau. Le CPU étant l’élément qui est généralement le premier à être refroidi. Il existe énormément de modèles et marques différentes. Le waterblock ressemblera généralement à cela et vous trouverez toujours un modèle de waterblock pour votre CPU peu importe la marque. Les sockets trop ancien peuvent effectivement ne pas avoir de modèle mais vous trouverez au moins un modèle pour le socket LGA1156 pour les CPU Intel et AM2 pour les CPU AMD. Tous les CPU de ces sockets ainsi que les CPU plus récents auront toujours un waterblock compatible.

Nous passons ensuite aux radiateurs. Ces derniers peuvent être minuscules (40mm de côté ou encore avec une épaisseur de seulement 30mm) tout comme énormes (440mm par 420mm par exemple ou encore un gros 85mm d’épaisseur). Comme on peut le voir, il y en a pour tout le monde et tout type d’utilisation.

Par après, la pompe est l’un des éléments indispensables. Effectivement, sans elle, l’eau ne circulera pas dans le système. Il existe donc différentes puissances de pompe, différentes grosseurs, etc. En règle générale, plus la pompe est puissante, mieux c’est. C’est à peu près tout ce qu’il y a à savoir sur ce composant.

Nous enchaînons ensuite avec le réservoir. Comme je l’ai dit, il n’est pas indispensable mais sans lui, vous vous confronterez à de très grosses difficultés dans le montage du watercooling. Effectivement, sans réservoir, nous pouvons dire bonjour à la pompe qui tourne dans le vide (cela est d’ailleurs très mauvais) mais aussi bonjour aux bulles d’air, le réservoir servant d’airtrap, et la galère sans nom lors du remplissage du système. En bref, il n’est pas indispensable en soit (les AIO n’en ont pas et en théorie) mais nous pouvons le considérer comme indispensable (en pratique) tout de même au vu du prix par rapport aux énormes avantages qu’il apporte. Il existe ici différentes tailles et différents formats. Certains peuvent intégrer une pompe directement et cela reste une bonne solution.

Bien, après le waterblock CPU, le radiateur, la pompe et le réservoir, il nous faut bien quelque chose pouvant connecter les différents composants. C’est là que les tuyaux entrent en jeu. C’est assez simple. Il existe 2 grands types de tuyaux. Les tuyaux souples et les tuyaux rigides. Les souples sont très simples à utiliser, n’ont pas besoin de matériel supplémentaire mais auront des courbes plus ou moins grandes a effectuer pour éviter d’avoir des plis. Les tuyaux rigides eux sont un peu plus complexes à la mise en place et demandent surtout du matériel supplémentaire, par contre, nous n’avons plus aucune contrainte de forme et nous pouvons faire tout ce que nous voulons en terme de forme (il faut bien entendu continuer à éviter les plis mais ils sont beaucoup plus rares).

Bien, nous avons donc connecté nos composants mais malheureusement, ils ne sont pas fixés et ne tiendront pas. C’est ici le rôle des embouts. Ces derniers permettent de maintenir les tuyaux en place. Effectivement, si le tuyau était seulement connecté au composant, la pression à l’intérieur des tuyaux ferait que ces derniers finiraient par lâcher et innonder votre PC. Les embouts sont donc là pour maintenir le tout en place. Le choix des embouts se fait en fonction des tuyaux ainsi que des différentes entrées/sorties des autres composants (souvent en ¼”).

Nous avons maintenant fait le tour pour les composants classiques. Il y a encore quelques composants qui pourront vous intéresser si vous faites un watercooling pour le GPU par exemple. En voici la liste :

Au niveau des waterblocks, nous allons faire simple. Il existe des waterblocks pour carte graphique, pour RAM ou encore pour carte mère pour ce qui est des plus fréquents. Leur utilité ? Elle est identique à celle du waterblock CPU. Le seul refroidissement qui diffère légèrement dans le tas est celui des RAM qui devront avoir un RAD et ensuite seulement poser le waterblock sur le RAD. Mais des photos valent mieux que de longs discours !

 

Après les waterblocks, je peux aussi vous parler du robinet. Son objectif est très simple, vous permettre de vider facilement votre watercooling lors de la purge. Bref, il sert de robinet.

Il existe encore énormément d’autres composants en tout genre comme les débitmètres mais en faire la liste serait vraiment long et les plus utiles ont été cités ici. Vous remarquerez tout de même que je n’ai pas parlé du liquide. La raison est simple. Je ne considère pas ce dernier comme un composant, tout simplement. Je vous en touche tout de même un mot. Le liquide permet simplement de transférer la chaleur d’un point A à un point B. Son rôle est donc simple et le choix de ce dernier dépend surtout de la couleur que vous voulez utiliser.

Quelles marques existent dans le domaine ?

Maintenant que vous savez quel composant sert à quoi et que vous savez quoi prendre pour votre futur watercooling, il reste un point important. Le choix des marques que vous aurez dans votre watercooling. Nous allons procéder comme une liste en exposant les qualités et défauts des différentes marques pour un watercooling custom. Je n’aborde ici que le watercooling custom car dans le domaine des AIO, le nombre de marques est juste énormissime et vous parler de chacune des marque prendrait un temps fou. Je me contenterais donc des marques que je connais un minimum.

EKWaterBlock

EKWaterBlock (ou EKWB) est la marque de référence dans le domaine du watercooling. La plupart des configurations sous eau que vous avez vu ont certainement un waterblock EKWB ou radiateur. Mais pourquoi cette marque est-elle si connue ?

EKWB a pu se faire une place dans le monde du watercooling grâce aux performances de leurs composants qui sont vraiment très très bons ainsi qu’à leur qualité de fabrication. Si vous prenez du EK, vous faites, quoi qu’il arrive le bon choix dans ce domaine là. Le point noir d’EKWB est qu’ils sont légèrement plus cher que les autres marques en règle générale. La qualité et la performance ont un coût mais la renommée et la réputation en ont un aussi.

Alphacool

Alphacool…cette marque vous dit certainement quelque chose et ce n’est pas pour rien. Alphacool est une marque proposant des prestations plus qu’honorables tout en ayant un prix souvent légèrement plus bas qu’EKWB. En terme de design, je n’accroche pas à tous leurs designs, et pourtant, j’ai du matériel leur appartenant comme les radiateurs, pompes ou réservoirs. Leur matériel est de bonne qualité, il n’y a rien à dire. Le choix d’Alphacool est donc un bon choix tout comme EKWB.

Barrow

Peu de personnes connaissent réellement Barrow. Beaucoup n’ont pas confiance en Barrow tout simplement car c’est ici une marque chinoise qui propose pourtant de bonnes prestations à des prix très attractifs. Notre ami de chez hardware31.fr a pu en tester un et son retour d’utilisation est plutôt positif. Les petites bourses, si vous voulez un bon waterblock a petit prix, n’hésitez plus, Barrow est un bon choix.

Hybrid Cooling Modding

Enfin, nous parlerons de notre partenaire : Hybrid Cooling Modding (ou Hybrid Cooling ou HCM). Le suivant existe depuis déjà un petit moment et aillant eu pas mal de contacts avec le gérant, je peut vous en parler en long et en large mais j’essayerais de faire court.

HCM est donc une boîte française fabriquant des refroidissements à eau (principalement) qui a pour but de produire des waterblock 100% « Made in France ». La qualité ne fait aucun doute, les performances non plus et tout cela pour un prix des plus attractifs pour du haut de gamme. Nous avons effectivement des prix en règle général plus bas que chez EKWB tout en ayant des performances légèrement au-dessus ou équivalentes.

Comme promis, je vous la fait courte mais pour moi, une marque provenant de pays francophone est une marque à encourager. Chez Casing Mod’s, deux rédacteurs ont pu avoir le waterblock en version Pro entre les mains et dans les deux cas, nous avons été satisfaits du travail accompli. Je ne peux donc que vous conseiller cette marque.

Pour conclure sur les marques, vous avez du le remarquer dans mes écrits qu’une marque me plaît plus que les autres mais le choix de ces différentes marques n’est en aucun cas mauvais et seul vous pouvez savoir ce qui vous convient que cela soit en terme de design ou de performance. Le choix vous revient donc entièrement !

 

Nous voici enfin à la fin de l’article. Celui-ci fut plus long que le précédent mais c’est qu’il y avait du boulot. Vous vous posez encore sûrement quelques questions sur où placer les différent composants, nous y répondrons dans les articles plus tutoriel. Rendez-vous pour la partie 3 de notre série sur le watercooling !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.